Italie – Concevoir de manière accessible

Renzo Andrich interviewe Stefano Maurizio (Venise)

Renzo. Stefano Maurizio vit à Venise, une ville qui n’a pas besoin d’être présentée, un joyau italien connu dans le monde entier. Vous êtes architecte. Mais en attendant, parlez-nous de vous.

Stefano. Oui, je suis Stefano, je suis architecte, j’ai soixante ans (hélas!). J’utilise un fauteuil roulant pour me déplacer, mais peut-être que le plus gros problème est un léger surpoids, ce qui me rend plus difficile d’aller sur les chantiers et de faire de la voile, qui est l’une de mes passions, ma passion la plus importante. J’ai eu un accident quand j’avais 25 ans, donc très jeune, et puis j’ai continué (j’avais déjà commencé à étudier l’architecture), j’ai continué à étudier l’architecture avec cette vision, avec cette perspective d’essayer d’améliorer la qualité de l’environnement urbain, que ce qui est généralement conçu.

Renzo. Ici, Stefano: dans votre expérience d’architecte, comment concevez-vous de manière accessible?

Stefano. C’est peut-être une question de «tête»: les barrières architecturales sont à l’intérieur de notre cerveau; donc, sur la feuille de papier ou sur l’ordinateur, il n’y a pas de barrières architecturales, et l’approche initiale est importante, c’est-à-dire avoir une tête qui pense de manière accessible. Cela pourrait être un présage pour les jeunes architectes et urbanistes. L’importance de l’accessibilité: passer même l’âge, passer les années devient de plus en plus important. C’est quelque chose qui concerne vraiment tout le monde: dans ma profession, vous voyez beaucoup de gens d’un certain âge qui, par exemple, fuient des maisons mitoyennes ou des maisons où ils ont vécu pendant de nombreuses années car à un certain âge c’est un peu plus difficile à reconnaître les couleurs.ou se déplacer le long d’une volée d’escaliers, plutôt que d’avoir un ascenseur ou une rampe qui permet de se déplacer plus facilement, même pour ceux qui se déplacent sur roues. Ce discours sur les roues devient quelque chose d’important même dans les espaces urbains: combien il est important aujourd’hui de prendre en compte les mouvements des patins, du scooter électrique, la majorité des personnes qui utilisent les espaces publics avec des véhicules à roues plus ou moins petites, plus ou moins moins vite.

Renzo. Je m’insère un instant car il me semble que vous dites quelque chose de vraiment fondamental, c’est que je suis ingénieur, vous architecte, je designer, nous avons une grande responsabilité, car nous pouvons créer l’inclusion ou l’exclusion selon la façon dont nous concevons un l’espace, un produit, un outil. Je me souviens de cette devise que nous citons souvent lorsque nous nous trouvons parmi les professionnels: « Un bon design permet, un mauvais design désactive » c’est-à-dire: « un bon design vous rend habile, un mauvais design vous rend handicapé ». En fait, comme nous le disons souvent, et comme le souligne également l’Organisation mondiale de la santé, le handicap n’est pas un «attribut» de la personne, mais une «situation» dans laquelle je peux me trouver lorsque ma limite entre en conflit avec une barrière. Même la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées ne dit pas «les handicapés» mais dit «les personnes handicapées»: donc une personne, avec toutes ses dimensions, qui a un handicap lorsqu’elle rencontre des barrières. Stefano, quel message aimeriez-vous donner par rapport à cette responsabilité que nous avons les techniciens? Quel message avant tout aux nouvelles générations et à ceux qui étudient l’architecture ou l’ingénierie ou le design?

Stefano. Reprenez ces concepts fondamentaux de la Convention internationale des droits des personnes handicapées et de l’autre convention (OMS) sur le fonctionnement humain, qui ajoute l’aspect que le handicap peut être augmenté ou diminué en fonction des conditions du milieu environnant. Comme nous l’avons déjà dit: en pensant et en concevant quoi que ce soit, de la cuillère à la ville (paraphrasant une exposition d’architecture il y a quelques années) il est important de prendre en compte la plupart des gens, de savoir que l’on peut s’améliorer et ainsi faciliter la vie des gens. ou rendre plus difficile toute action que n’importe quel homme peut faire; en particulier, nous les designers, qui selon notre façon d’imaginer l’environnement pouvons rendre notre vie et celle de nos concitoyens plus facile ou plus difficile.