Espagne – La culture est le patrimoine de tous

Renzo Andrich interviewe José Agustín Martínez (Valencia)

Renzo. José Agustín Martínez, que nous saluons et remercions d’être parmi nous, est un psychologue et un pédagogue. José travaille à l’Institut d’art moderne de Valence, en Espagne. Parfois, nous nous demandons: qu’est-ce que l’art a à voir avec les thèmes de l’accessibilité et de l’inclusion? Jose, pouvez-vous nous parler de vous et de votre travail?

José. Comme vous l’avez bien dit, j’ai toujours été impliqué dans la psychologie et la pédagogie. J’ai également enseigné les arts et les sciences humaines. J’ai travaillé comme pigiste dans le domaine de la psychologie clinique et dans la formation d’étudiants et d’enseignants. Depuis quelques années, je travaille dans le musée que vous avez mentionné. Je fais un travail pour rendre le musée accessible à tous, pour qu’il soit possible pour tous d’accéder à la culture. Je pense que l’art est un outil de transformation sociale et que le Musée doit donc adapter son contenu à toutes les catégories de personnes. C’est-à-dire rendre la culture accessible, faire en sorte que les opportunités d’apprentissage soient à la portée de chaque personne, des personnes handicapées, en tenant compte du fait qu’il existe de nombreux types de handicap: handicap sensoriel, handicap physique, handicap cognitif, etc. Dans notre musée, nous rencontrons des sourds en effectuant des visites avec des interprètes gestuels, en langue des signes pour les sourds; nous organisons également des visites tactiles pour certaines sections d’exposition du Musée; nous organisons des collections spécifiques qui peuvent être visitées indépendamment par des aveugles; nous avons travaillé avec des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, nous avons organisé des écoles d’été pour les personnes à risque d’exclusion sociale, notamment les jeunes en famille d’accueil.

Renzo. Merci Jose. Ce que vous nous avez dit est très important. Il est également important de savoir que divers instituts culturels à travers le monde évoluent dans la même direction. La culture est le patrimoine de l’humanité: il n’est pas acceptable que quelqu’un en soit exclu. Quel est votre « rêve », quel message aimeriez-vous nous laisser?

José. Je suis totalement d’accord avec vous. La culture doit être accessible à tous les publics. Je pense que c’est un droit universel de tous. Chaque groupe de personnes handicapées a des handicaps différents et nous devons répondre à chacun d’eux dans le Musée; il faut savoir communiquer les contenus, qui dans le Musée peuvent et doivent être adaptés aux besoins de chaque groupe. Je ne parle pas seulement des barrières architecturales (que nous avons presque complètement éliminées dans notre musée): je veux dire des contenus culturels, qui doivent être accessibles à tous. Il faut tout mettre en œuvre pour les adapter à chaque capacité en leur donnant les outils qui peuvent permettre l’accès à la culture et leur permettre d’être appréciée au même niveau que toute autre personne. Mon rêve serait, permettez-moi de dire Renzo, d’atteindre l’accessibilité universelle: cette conception universelle qui peut être accessible à tous, non seulement dans le domaine de la culture, mais dans n’importe quel domaine. Je bouge dans ce domaine particulier mais je pense que l’idéal est de viser l’accessibilité universelle.