Brésil – Accessibilité à l’information

Rita Bersch nous emmène dans un voyage fascinant à travers des idées et des solutions pour l’accessibilité à la communication, à l’école, à l’éducation et à la culture >> VIDEO

RITA

Bonjour à tous. Nous sommes ici aujourd’hui pour parler un peu de l’accessibilité dans l’information et la communication et donc d’inclusion.

Pour donner le bon exemple d’accessibilité, Je commence par me présenter et me décrire. Je suis Rita Bersch. Je suis kinésithérapeute, Je vis à Porto Alegre, une ville du sud du Brésil. Je suis une femme à la peau claire, Je porte des lunettes à monture claire, mes cheveux sont châtain clair et raides, ils viennent jusqu’à mon épaule. Je porte une blouse imprimée très colorée, avec des formes géométriques et derrière moi il y a un mur avec un rideau blanc.

En ce qui concerne l’accessibilité, ils viennent à nous en tête des lieux avec rampes, ascenseurs, sols tactiles…. Ce n’est pas vrai ?

Imaginons un endroit idéal où chacun peut entrer et circuler librement. Regardons quelques exemples dans une école publique dans la ville de Florianópolis au Brésil. Ici, nous voyons une rampe qui relie un étage à un autre. Sur le sol blanc, il y a une bande tactile de couleur bleue, qui a un contraste visuel élevé. La rampe est large et a des mains courantes et les rails latéraux.

Sur cette autre photo à l’intérieur de l’école, nous voyons de larges couloirs où le sol blanc contraste avec des rayures tactiles bleu foncé. Les portes sont orange, les murs sont blancs, dans la partie inférieure les carreaux sont blancs et bleu foncé. Les carreaux bleus sont disposés en deux rangées parallèle au sol. Une rayure sombre souligne le bas du mur, l’autre est placé à peu près au milieu. Ces marques, ces contrastes, ils sont très utiles pour les personnes malvoyantes car ils perçoivent où se termine le sol et où commence le mur. Incroyable, non ?

Cette école est accueillante et a été sans obstacle conçu pour accueillir étudiants, enseignants, employés, membres de la famille, toute la communauté scolaire. Quand un architecte conçoit une école basée sur le « Design Universel » veut le plus de monde peut fréquenter cet espace, et c’est pourquoi tient compte du fait que tout le monde est différent et que, de la naissance à l’âge adulte, nous passons par de nombreuses transformations qui modifient nos capacités physiques, cognitives et sensorielles. Concevoir pour tous implique anticiper ces besoins spécifiques et intégrer les exigences d’accessibilité dans le projet dès le début. De cette façon, le bâtiment scolaire est déjà né inclusif.

Mais ce que nous demandons maintenant, c’est : un bâtiment sans barrières architecturales suffit pour assurer l’accès, la participation et l’apprentissage des étudiants handicapés, avec leurs collègues ?

On peut dire que l’accessibilité va bien au-delà des exigences architecturales : le concept de « Design Universel » entrer dans la classe lorsque l’enseignant est au courant que tous les élèves sont différents.C’est-à-dire qu’il doit inclure dans son programme d’enseignement les différences de tous ses élèves.

Quand nous travaillons avec le « Design Universel » à l’esprit dans l’éducation ou l’apprentissage, nous ne considérons pas l’élève handicapé comme « le différent », pour lequel faire des adaptations. Quand on s’inspire du « Design Universel » la différence cesse d’être un problème et devient la norme qui guidera l’organisation d’objectifs, de matériel pédagogique, de méthodes et d’évaluations.

Approfondissons donc les bases de l’apprentissage ; essayons de comprendre ce qui est nécessaire à des fins d’apprentissage, et de le transformer en exigences pour la conception du plan didactique. Pour mieux comprendre, nous pouvons nous référer à trois principes du « Design universel » pour l’apprentissage.

Un principe est la multiplicité des manières de représenter un contenu. Oui, multimédia ! Nous apprenons par les sens. Toutes les informations qui nous entourent entrent par nos sens : la vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat, la perception du corps en mouvement.

L’utilisation de différents supports, en plus du texte écrit et du discours de l’enseignant, offre plus d’opportunités la participation et l’exploration du contenu pour tous les élèves et assure l’accessibilité. Cela se produit implicitement lorsque nous prédisons, par exemple, que le contenu visuel a également une version audio, ou une carte, ou des graphiques tactiles, ou une description vocale des images qu’il fait partie du matériel d’étude, et que cela profitera aux étudiants aveugles, par exemple.

Si le contenu audio est accompagné d’une langue des signes et d’une version visuelle, nous accompagnons les élèves sourds.

Les notions à apprendre peut-être représenté par des images : c’est l’accessibilité pour les étudiants ayant une déficience intellectuelle et une aide utile pour les étudiants sourds.

Les objets manipulés peuvent enseigner les opérations mathématiques de manière concrète, et cela peut être une excellente proposition pour les enfants petits, ou pour les élèves qui ont des difficultés à comprendre opérations sous forme symbolique.

Un étudiant qui a une déficience intellectuelle ou une dyslexie, par exemple, peut avoir un meilleur accès au contenu écrit grâce à la lecture des textes en mode numérique. L’ordinateur et le téléphone portable peut lire pour cet élève.

Voyez ce que nous dit Larissa, une jeune femme avec le syndrome de Down, peau claire, cheveux raides et clairs, qui est assise devant son ordinateur et étudie l’histoire de l’expansion européenne.

LARISSA

«  Donc, sur l’ordinateur, il est plus facile d’étudier, de lire. Dans le livre non, je dois le lire, il n’y a pas d’image. Et ici, il faut regarder l’image pour comprendre le texte. Mais l’ordinateur, l’ordinateur lui-même vous lit. Il s’agit de saisir quel est le contenu, pour mieux comprendre. Ce programme ici m’aide, mais il aide tout le monde, mes collègues aussi”.

RITA

Un autre principe de la « conception universelle » est l’utilisation de multiples formes d’action et d’expression. Nous apprenons en planifiant et en exécutant, nous pratiquons les concepts que nous voulons assimiler, nous agissons sur l’objet de connaissance et en même temps nous communiquons ce que nous apprenons. Là encore, il faudrait envisager de multiples formes d’action et d’expression pour les étudiants : écriture, dessin, photographie, film, parole, musique, manipulation d’objets, etc.

L’accessibilité peut être incluse dès le départ : l’étudiant qui ne sait pas écrire pourra dessiner ou éditer du texte oralement, par exemple. Ceux qui n’utilisent pas de crayon, en raison de difficultés physiques, peuvent utiliser un clavier mécanique ou virtuel ou même un alphabet mobile, dans les premières années.

Dans cet autre film, Guilherme, un jeune homme à la peau claire et aux cheveux noirs courts, qui porte des lunettes, il est devant son ordinateur. En raison de ses difficultés physiques, il utilise une souris qui a une grande sphère bleu foncé et cinq boutons colorés qui activent les différentes fonctions de la souris. Des autocollants avec des lettres plus grosses ont été collés sur les touches du clavier, pour compenser sa difficulté visuelle et faciliter leur localisation.

Guilherme parle à l’ordinateur et votre voix se transforme en un texte écrit. À l’école, on lui a demandé de rédiger un essai sur un sujet d’intérêt.

GUILHERME PARLE À L’ORDINATEUR

Carol passa près des deux garçons et ils demandèrent : Est-ce cette fille que Carol recherche ? un couple pour trouver un trésor ?”

RITA

Dans la séquence, Guilherme nous montre comment rechercher et accéder au contenu en commandant l’ordinateur avec sa voix.

GUILHERME

e vais faire une recherche vocale. J’ai l’intention de faire une petite comédie de Le Petit Prince.”.

GUILHERME PARLE À L’ORDINATEUR

Voir le livre Le Petit Prince. C’est.”

ORDINATEUR

Je vais le mettre à lire : Le livre raconte l’histoire d’un pilote et après avoir abattu son avion dans le désert du Sahara, trouver un petit garçon connu des lecteurs sous le nom de Petit Prince ».

RITA

Voyez comment la difficulté ou la lenteur de la lecture et de l’écriture ce n’est plus un obstacle pour l’exploration des connaissances cachées dans des textes auparavant inaccessibles. L’ordinateur est un outil très important pour faciliter l’accessibilité à l’école.

Les logiciels et le matériel facilitent l’accessibilité. Technologies d’assistance et « Design Universel », en apprenant, ils collaborent comme les deux faces d’une même médaille. La technologie d’assistance permet aux personnes handicapées d’utiliser votre ordinateur de manière autonome.

Aveugles, sourds-aveugles, personnes handicapées physiques, les personnes handicapées mentales, ils trouveront des outils logiciels et matériels qui répondent à leurs besoins et améliorent leurs capacités individuelles.

Le contrôle par ordinateur peut être fait avec mouvements des yeux, avec la voix, avec un seul geste qui active les fonctions de clic.

Les informations obtenues de l’ordinateur ils peuvent également être présentés sous différents formats : audio, images, textes, outils tactiles comme une ligne braille, par exemple. On voit sur cette image un clavier avec 12 touches blanches et une touche plus grande pour l’espace. La frappe combinée de ces touches produit lettres en utilisant les six points de la cellule braille. Devant les touches on voit une ligne horizontale avec environ 40 cellules qui reproduisent les caractères braille en relief sur le bout du doigt. Ainsi, tout le contenu affiché sur le moniteur devient perceptible par l’utilisateur aveugle ou sourd-aveugle. Incroyable, non ? Une personne aveugle peut accéder au même contenu par l’audition, la personne sourde-aveugle par le toucher.

Je tiens également à souligner que l’un des obstacles les plus importants à l’apprentissage est la communication. La communication est une condition nécessaire dans l’acte d’enseigner et d’apprendre. Partant de ce postulat que tout le monde peut communiquer et que tout le monde peut communiquer plus et mieux, nous investissons dans des outils et stratégies qui augmentent la capacité d’expression et compréhension des élèves qui ont des besoins complexes de communication.

À ce stade, l’école doit connaître et s’engager à promouvoir en interne de nouvelles façons de communiquer. Nous parlons de Communication Alternative, où nous avons des outils low ou high tech, tels que les tableaux de communication imprimés ou numériques. L’utilisateur y indique les symboles à communiquer.

Voyons cet exemple : un dossier avec des symboles graphiques. Ces symboles sont indiqués par l’utilisateur pour représentent le message que vous souhaitez communiquer :

A PERSON POINTS A TABLE

I – Vouloir – Manger – NOURRITURE – Chocolat.

RITA

Jusqu’à présent, nous avons parlé de deux principes de conception universelle  » dans le cadre de l’apprentissage : multiples façons de représenter l’objet de connaissance, objet d’étude, et de multiples façons de s’exprimer et agir sur cet objet.

Nous allons maintenant voir le troisième principe : participation. Nous apprenons quand quelque chose a du sens pour nous, quand c’est intéressant, quand on sait où l’on va, et pourquoi nous procédons ainsi. S’il est impliqué, les étudiants peuvent devenir des experts dans l’acte d’apprendre et ils quitteront l’école en sachant poser les bonnes questions, identifier les meilleures stratégies rechercher et postuler les connaissances construites.

Nous avons parlé des lignes générales universellement conçu dans un contexte d’apprentissage dont vous pouvez les trouver sur les références www.cast.org.

Accessibilité dans l’information et la communication ne suis pas qu’une demande de l’école, n’est-ce pas ? On peut imaginer un théâtre, un cinéma, un terrain de football, un restaurant, une église, une boutique, un service public ou privé service client. Les exigences d’accessibilité garantissent que l’information et la communication peuvent et doivent être présentes, aussi bien en services virtuels (sites Internet, formulaires en ligne, réseaux sociaux, etc.), qu’en services présentiels pour les personnes handicapées. L’accessibilité est une condition pour l’inclusion dans la société et, comme nous l’avons vu, cela concerne la façon dont nous nous déplaçons dans les rues mais aussi les formes accès à l’information et aux moyens de communication avec d’autres personnes.

Voyons quelques exemples d’outils et d’actions que nous pouvons faire à ce sujet : l’audiodescription, par exemple. L’audiodescription et est une forme d’accessibilité en se concentrant sur les personnes ayant une déficience visuelle. C’est la description narrée de ce qui se passe dans un programme, sans chevauchement de discours. Principalement les éléments qui ne peuvent pas être perçus avec l’audio ordinaire seul, comme les expressions faciales, objets de la scène. Il n’y a rien de mieux que de regarder une vidéo, un exemple de la façon dont l’audiodescription s’applique au cinéma.

AUDIODESCRIPTION

Un clap s’ouvre et se ferme. Derrière le clap, un athlète aveugle. Dans la piscine André plonge, nage comme un papillon”.

CARACTÈRE

«  Je viens nager ici. J’ai toujours apprécié ma vie et je ne m’arrêterai jamais. »

AUDIODESCRIPTION

Sur l’écran noir le titre du film JEU AVEUGLE, avec lettres blanches et braille. www.jogocego-ofilme.com.br. Une jeune femme s’exerce sur la piste d’athlétisme.”

CARACTÈRE

 » Aujourd’hui, j’ai 78 médailles au total, dont 10 internationales. »

AUDIODESCRIPTION

« Dans un magasin de chaussures, un jeune homme rencontre un client. Magno, qui ne voit pas, ne dit pas qu’il est handicapé. Il gère lui-même la boutique, malgré son handicap. Magno époussette soigneusement les chaussures alignées sur l’étagère. La silhouette sombre d’un cavalier tirant son cheval contraste avec la lumière du ciel.”

CARACTÈRE

 » Le sport adapté est une question d’entraînement. C’est super pour la suite, un simple changement de temps, change beaucoup de choses, je dois changer plusieurs commandes que j’utilise normalement.« 

AUDIODESCRIPTION

Le chevalier trotte avec un cheval autour de l’arène. La caméra se concentre sur les jambes du cheval avec des jarretières blanches montées sur les tibias. C’est une journée ensoleillée, dans un parc boisé, deux athlètes courent côte à côte attachés par une corde autour du poignet.”

CARACTÈRE

 » Quand tu vois, parfois vous ne valorisez pas certaines choses. Lorsque vous perdez la vue, vous finissez par avoir plus fais attention quand tu vois.« 

AUDIODESCRIPTION

Dans la cour, une fille aveugle est assise sur un tronc d’arbre, se lève et sa mère lui tient les jambes.”

CARACTÈRE

 » La fille géante se présente. Viens voir un géant de près.« 

AUDIODESCRIPTION

 » Aidez-nous à partager ces histoires. Bientôt le film « Jeu Aveugle » sera disponible gratuitement : abonnez-vous à notre chaîne www.youtube.com/jogocego. « 

RITA

En parlant d’accès à la culture, nous avons aussi la possibilité de livres audio, pour l’inclusion des aveugles. Le livre audio aide les personnes dyslexiques, analphabètes ou ayant une déficience intellectuelle.

Langage des signes : chaque pays a sa propre langue des signes ou langue des signes. Ici au Brésil, nous avons LIBRAS (langue des signes brésilienne), légalement reconnue. C’est très positif.

Le sous-titrage : peut-il aussi être considéré comme un outil d’accessibilité ? Oui, le sous-titrage est également une fonctionnalité d’accessibilité pour les sourds. Pour cette raison, non seulement les films étrangers doivent être sous-titrés, mais aussi les films en langue originale. Nous avons beaucoup de personnes sourdes qui ne connaissent pas le LIBRAS (langue des signes brésilienne). Ils parlent, ils lisent sur les lèvres de l’orateur et ils communiquent aussi par l’écrit. Les sous-titres à la télévision, dans les films sont indispensable à l’accessibilité.

Doublage : Le doublage permet aux aveugles qui souhaitent regarder un film étranger, car la traduction en sous-titres est un obstacle pour eux.

Braille : voyons un exemple d’utilisation du Braille, qui permet la lecture tactile aux aveugles, dans le tourisme. C’est la ville de Naples vue d’un point de vue. La ville de Naples est vue d’en haut et sur le mur de protection une main courante métallique porte une légende en braille. Il décrit le paysage à venir, la vieille ville et ses maisons.

Même dans un musée, nous devons identifier les exigences d’accessibilité afin de permettre aux personnes en situation de handicap l’expérience relationnelle avec l’œuvre exposée. On voit ici des répliques de peintures réalisées en relief, à explorer avec les mains. L’une montre un homme à une table ; l’autre la façade d’une maison, avec une fenêtre ouverte. Nous avons aussi une photo d’une femme vue de dos, devant un tableau, tenant un petit appareil électronique qui décrit ce que vous voyez dans les écouteurs.

On pourrait citer bien d’autres exemples d’accessibilité à l’information et à la communication, mais une chose que nous suggérons, si nous voulons transformer les lieux que nous fréquentons dans des lieux accessibles, c’est inviter ces environnements, réels ou virtuels, des personnes handicapées, connaître les outils et les technologies qu’ils utilisent déjà et apprendre d’eux ce qui doit être changé et que mettre en œuvre pour que leurs besoins sont pris en considération.

Il n’y a pas d’accessibilité sans présence des personnes handicapées (inclusion) à la fois il n’y a pas d’inclusion sans accessibilité. L’accessibilité est un acte d’accueil, c’est un acte d’amour. Tous sont comme ils sont et ne doivent pas changer pour participer ! Par conséquent, voici un grand défi pour nous tous!