Italie – Supprimer les stéréotypes

Renzo Andrich interviewe Litzy, Fabio et Elena Recalcati (Milan)

Renzo. Litzy et Fabio Recalcati, de Milan, Italie, avec Elena, l’une de vos quatre enfants: merci d’être ici avec nous. Pouvez-vous nous dire quelque chose, en bref, sur votre histoire?

Litzy. Merci à vous! Nous sommes très heureux d’être avec vous. Je suis Litzy (62 ans), ici avec moi est Fabio (67) et il y a Elena (presque 22). Nous sommes mariés à 35 ans, nous sommes déjà grands-parents et nos trois aînés sont déjà loin de chez eux alors qu’Elena vit toujours avec nous. Quand nous avons commencé à l’attendre, nous ne savions pas qu’elle était à terre. Nous avons vécu neuf mois d’une grossesse très normale, c’est dommage qu’il y ait eu des complications lors de l’accouchement, donc nous avons tout de suite craint pour elle et sa santé car il y a eu un mois d’hospitalisation, il y avait des traitements, il y a eu un problème et nous craignait qu’en plus de la trisomie il y ait des dommages neurologiques permanents. Au lieu de cela, elle a tout réussi avec brio, elle a terminé ses études, a atteint la maturité du lycée artistique et maintenant elle se prépare à entrer dans le monde du travail. Sûrement ce défi, cette forte secousse qui a été le handicap qui est entré dans notre famille, nous avons pu, comment dire, faire face grâce aussi à l’aide des amis autour de nous, les familles autour de moi, et aussi mûrir dans le expérience du Mouvement des Focolari. Nous avons immédiatement réalisé que nous ne pouvions pas le faire seuls, et que nous avions donc besoin de nombreuses aides spécifiques, de nombreuses possibilités d’accompagnement qui n’ont jamais manqué, à la fois comme aide concrète et comme soutien psychologique.

Renzo. Lorsqu’il s’agit d’accessibilité, les gens ont tendance à ne penser qu’à ces «choses architecturales» qui concernent les personnes qui ont un handicap moteur, visuel ou auditif et ne se rendent pas compte qu’il existe peut-être aussi des barrières qui excluent les personnes qui ont des problèmes. D’un intellectuel ou type relationnel. Avez-vous rencontré de tels obstacles dans votre expérience?

Fabio. J’essaye de répondre. Oui, en effet. Elena n’a pas eu de problèmes majeurs liés à l’aspect moteur mais il y a certainement certains problèmes intellectuels. La chose que nous avons remarquée tout de suite est la suivante: que la personne handicapée est généralement encadrée dans une sorte de «clôture» dans laquelle elle est définie, son potentiel est défini a priori: «cela pourra faire, cela ne pourra pas faire …  » Il y a aussi un stéréotype lié à cela: par exemple pour Downs on dit que ce sont des gens qui ont une propension particulière à la musique, ils sont particulièrement liés émotionnellement, ils sont très affectueux, toutes ces choses ne sont en fait pas vraies, parce qu’une personne qui a un handicap, quel qu’il soit, est bientôt une personne unique, avec ses côtés positifs et négatifs qui sont ses limites; entre autres, c’est une condition de handicap qu’il faut aussi voir dans ce qui concerne chacun de nous: chacun de nous passe au cours de la vie par une phase de handicap, de fragilité ne serait-ce que parce qu’il devient âgé. Donc ici, ce «positif» et «négatif» est typique de toute personne à tout âge de la vie. Ce regard, cette façon de voir la personne handicapée, était la limite que nous voyions immédiatement chez les autres.

Renzo. Les obstacles sont donc des stéréotypes et des préjugés.

Fabio. Stéréotypes et préjugés. Bien entendu, il faut aussi garder à l’esprit le risque inverse: celui de voir chaque personne comme capable de tout. En réalité, cependant, il y a des limites. Pour tout le monde cependant. Ils sont diversifiés: c’est un fait fondamental. Bien sûr, devant ces choses, nous avons aussi souvent, comme pour dire, peur, non? Comment gérons-nous ces choses? Faire face aux choses dans le moment présent: c’était un peu la clé pour surmonter ces difficultés.

Renzo.Ce que vous dites est très important: y a-t-il un message qui vous tient à cœur, que vous aimeriez nous transmettre pour nous aider mutuellement à construire une société plus inclusive? Qu’avons nous à faire?

Litzy. L’expérience de 22 ans avec Elena a été très positive pour nous faire comprendre que nous ne pouvions pas faire les choses seuls. Le message important pour nous est donc de faire équipe, de travailler chacun avec ses propres compétences spécifiques, avec ses propres possibilités, et surtout avec une grande volonté d’écouter ce que l’autre peut vous offrir: un point de vue différent, de l’aide, un soutien. Vous ne pouvez vraiment pas le faire seul. C’était aussi tellement paradigmatique dans l’expérience BASKIN, comme Elena peut peut-être nous le dire. Parce que lorsque nous avons vu le premier match de ce sport inclusif, nous avons pensé que cela pourrait être l’esquisse d’une société plus inclusive.

Renzo. Vous avez évoqué un sport que peu de gens connaissent encore: BASKIN. Elena, pouvez-vous nous dire ce que c’est?

Elena. Bien sûr. BASKIN ressemble plus ou moins à un ballon de basket normal car il existe en fait deux paniers traditionnels. Ensuite, il y a d’autres paniers plus ou moins au centre du champ, car ils sont en fait dans la zone de pivot, où les pivots du rôle un et du rôle deux peuvent marquer du panier le plus élevé. En revanche, les autres qui sont en chaise roulante luttent plus mais avec nos autres amis qui luttent davantage sur le plan moteur et fabriquent donc un panier à partir du panier le plus bas.

Renzo. Je comprends: c’est donc du basket-ball, mais repensé pour que les gens puissent jouer avec leurs différentes compétences sportives. Merci, merci beaucoup d’être avec nous!